Les Amours de Laura Lavoie

Mon oeuil curieux, eclectic est tombé sur un album de cartes postales. Ce trésor avait été garé pendant des années protégeant dans toute sa fraicheur les amitiés, les espoirs voir même les amours de jeunesse. Dès le début il s’est manifesté en moi la volonté d’explorer le monde dans lequel Laura Lavoie a vécu. J’ai envie de raconter son histoire. Je sais qu’un jeune femme issue du petit peuple laisse que peu de trace de son passage. Or je sais aussi que je risque de réveiller des poussières mal endormies. Mais l’histoire de Laura Lavoie est aussi l’histoire d’un peuple coriace qui refuse d’être muselé par la misère.

Ce n’est pas par coincidence qu’on apprend l’existence de Laura Lavoie par le biais de la carte postale. Pendant que tout le monde était énivré par la nouveauté du siècle la carte postale brisait la barrière du silence visuel. Le peuple avait acquis le droit de se parler, sans se rendre compte. L’histoire de la carte postale est une leçon importante de notre patrimoine de la communication humaine.

Et comment refaire parler le passé. Comment refaire parler Laura Lavoie; son entourage; Lewiston; Montréal? Tel est le défi qui se dresse devant nous.

Une trouvaille

Les cartes postales étaient le moyen priviligié de communication au début du 20ieme siècle. Les gens les collectionnaient en les plaçant précieusement dans des albums. Nombreux de ces albums ont survécu jusqu’à nos jours. J’ai découvert une collection qui contenait la correspondence de plusieurs membres d’une même famille. Une section particulière attira mon attention. C’était la correspondence amoureuse de Laura adressée à Baptiste. Laura vivait à Lewiston, Maine, et travaillait dans un mill, tandis que Baptiste résidait à Montréal. J’ai décidé de conserver ces cartes postales. J’avais en main la photo de Laura. La correspondence avait un visage, un âme. Elle respirait.

Mais ces cartes postales représentaient d’autre chose pour moi. Ce n’était pas seulement un récit amoureux. C’était l’histoire d’une famille, d’un peuple qui se débattait pour améliorer le sort des ses enfants. De familles entières immigrèrent aux états unies pour échapper à l’indigence, pour gagner leur vie dans l’espoir et la fierté. Les peuples à souche paysanne ont la capacité de faire repousser leurs racines dans de nouveaux sols, souvent difficiles à apprivoiser. Dans un sol méprisé, composé de poussière et de rocaille ils cultiveront de plus belles fleurs.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s